De 1790 à 1860

1790 : Vers cette époque, les marins français et génois utilise une méthode de combat aux pieds pendant les heures de calme, posant une main au sol pour assurer leur équilibre lorsqu'ils frappent en ligne haute.
 
1797 : Vidocq découvre la Savate alors qu'il effectue une peine de 8 ans au bagne de Brest.
 
1800 : Apparait dans le Midi de la France, une méthode de combat utilisant exclusivement les pieds : c'est le "chausson". Simultanément, dans le Norddu pays se développe une méthode similaire dans laquelle s'ajoute aux coups pieds quelques coups portés avec les mains ouverte (les baffes) : c'est la "savate".

 
1820 : un certain Michel Casseux, dit "le Pisseux", ouvre à la Courtille à Paris, la première salle de "savate parisienne" où il enseignera également, d'une manière rudimentaire encore, la "canne de combat"
 
1830 : Suite à une rude défaite face au boxeur anglais Owen Swift, l'un des meilleurs combattants de l'époque, Charles LECOUR décide d'étudier le "Boxing Londonien", à Paris chez un champion d'Outre Manche installé en France : Adams.
 
1832 : Ayant bien assimilé cette technique de combat aux poings, Charles LECOUR l'ajoute à celle utilisant les pieds, créant ainsi la boxe française. Il ouvre avec son frère Hubert, la première salle de boxe française et de canne passage des Panoramas à Paris. Cette méthode devient rapidement très populiare, surtout comme moyen de défense ; les professeurs et les salles augmente en nombre. de remarquables tireurs marqueront cette époque, tel que Ducros, Gousset, Larribeau, Leboucher, Loze, Moufat, Gauthier, Trencard et bien d'autres.
 
1852 : Le Prince Louis Napoléon Bonaparte crée l'Ecole de Joinville où sera enseigné la boxe française et la canne suivant la méthode dite de "Joinville" défense sur les quatre faces.
 
1854 : Louis VIGNERON, dit 'l'Homme Canon", crée la sensation en battant le Britannique Dickson, et ouvre une salle rue de la Michodière à Paris.
 
1856 : A la demande de l'Impératrice, un décret d'Etat proclame l'interdiction des sports de combat : la boxe française se transforme en exercice "gymnique" et prend le nom de "adresse française".
 
1860 : Les sports de combat sont de nouveau autorisés.

De 1871 à 1918

1871 : Ayant activement participé à la "Commune de Paris", Joseph CHARLEMONT élève de Louis VIGNERON, militaire de carrière, s'exile en Belgique où il ne tarde pas à fonder les écoles de Bruxelles et de Liège.
 
1877 : Profitant de cet exil, Joseph CHARLEMONt étudie "scientifiquement" les mouvements de la boxe française" dans lequel les coups et les attitudes sont codifiées pour la première fois.
 
1885 : Devost, élève de LEBOUCHER, édite la méthode de son professeur dans un recueil intitulé : "Le manuel de la boxe française et anglaise".
 
1887 : CHARLEMONT, père et fils, créent "l'académie de boxe française" au 24 rue des Martyrs à Paris. la salle fonctionnera jusqu'à la mort de Charles en 1944.
 
1899 : En octobre, au gymnase de la rue Pergolèse à Paris, se déroule la rencontre que la presse qualifiera de "Combat du siècle". CHARLEMONT défait le champion Jerry DRISCOLL et assure la renommée de la boxe française.
 
1900 : C'est la grande époque de la boxe française qui se développe partout en France, mais aussi à l'étranger : en Belgique, en Italie, au Canada, etc... C'est le premier championnat du Monde où CHARLEMONT bat Castère à la salle Wagram à Paris.
 
1907 : Georges CARPENTIER est le champion de France de boxe française, avant de se tourner vers la boxe anglaise où il fera la carrière qu'on lui connaît.
 
1914 : C'est le début du déclin. Les combats professionnels de boxe anglaise commencent à faire oublier l'image de marque de la BF. La F.F.S.B devient simplement la F.F.B (Fédération Française de Boxe) au sein de laquelle la B.F n'existe plus en tant que "Commission".
 
1918 : Pour tous les sports, c'est la difficile reprise d'après guerre. La BF plus que les autres en souffre. Elle n'est pratiquement plus connue.

De 1922 à 1965

1924 : La BF est sport de démonstration aux Jeux Olympiques de Paris
 
1930 : Pierre BARUZY succède au Docteur PEUGNIEZ à la Présidence de la Commission de boxe française dont le siège est désormais à l'académie CHARLEMONT. La boxe française est alors en plein déclin et ne compte plus que quelques salles accueillant 500 pratiquants environ.
 
1937 : C'est le dernier Championnat de France ; BARUZY y obtient le titre de "Champion toutes catégories" en battant les tireurs mi-lourds et lourds.
 
1944 : Dès la libération, Pierre BARUZY cherche à relancer la BF en reconstituant la "Commission de la boxe française" au sein de la F.F.B.
 
1945 : Pendant une vingtaine d'année la BF va tenter de survivre.
 
1965 : Sous l'impulsion de quelques "mordus" de la nouvelle génération, un "Comité National de boxe française" (C.N.B.F) est créé le 5 janvier.
Le 12 décembre de la même année, le C.N.B.F est accueilli par la Fédération Française de Judo (F.F.J.D.A) en "Qualité de "Discipline Associée".

De 1966 à 1984

1966 : Véritable début du renouveau : des salles commencent à rouvrir et Michel MARLIERE lance la BF dans le monde Universitaire tandis que Marcel LE SAUX la fait découvrir dans les milieux scolaires.
Ce sont aussi les Championnats de France de la "Renaissance".
 
1969 : En juin, Sylvain SALVINI succède à Lucien ALLIOT à la présidence du CNBF qui compte environ une douzaine de clubs recensés pour 800 licenciés.
 
1970 : Le 11 avril, Sylvain SALVINI organise les premiers "Championnats d'Europe" à la salle de la Mutualité à Paris.
 
1973 : Le 9 décembre, le C.N.B.F devient la "Fédération Nationale de boxe française" (F.N.B.F).
 
1974 : Dès janvier, la F.N.B.F toute nouvellement créée prend son indépendance et quitte la F.F.J.D.A. certains dirrigeant quittent la F.F.B.F pour céer un groupement indépendant "Fédération Nationale de Savate Boxe Française".
 
1975 : Le 17 février, le Ministère de la Jeunesse et des Sports accorde la délégation de pouvoirs à la F.N.B.F. Cette dernière compte 3499 licenciés pratiquant au sein de 125 clubs.
 
1976 : Le 12 juin, la F.N.B.F devient la Fédération Française de Boxe Française Savate et Discipline Assimilées (F.F.B.F.S.&D.A).
 
1978 : Réunification des deux fédérations de Savate au sein de la F.F.B.F.&D.A.
 
1982 : Création du Championnat de France féminin. Première Coupe d'Europe de B.F.S.
 
1984 : La F.F.B.F.S.&D.A franchi le cap des 20 00 licenciés.

De 1985 à nos jours

1985 : Création de la Fédération Internationale.
 
1989 : Création de la première Coupe du Monde.
 
1991 : Publication du nouveau code international B.F.S.
 
1995 : Evolution du règlement des compétitions, avec notamment la création des Championnats de France Elite et Honneur en place des Championnats de France Seniors et Espoirs.
 
1996 : La fédération se repositionne sur sa pratique. Elle s'ouvre sur une pratique de compétition d'une part avec l'assaut et le combat et d'autre part avec des paratiques non compétitives la "Savate Défense" et la Savate forme". Le dispositif de compétitions des jeunes est rénové. De plus, la fédération lance le projet recherche intitulé la "Savate Forme".
 
1998 : Publication du cahier "formation" présentant la réforme de la progression technique fédérale.
 
1999 : Le 8 mai, organisation de la 1ère Coupe Européenne d'Assaut en Belgique. L'Equipe de France Assaut est créee la même année.